Brignoles, Chemin rural de la Tour (Var, 83)

Un établissement viticol antique à Brignolles

Dans le cadre d’un projet immobilier implanté en bordure du chemin de la Tour sur la commune de Brignoles (Var), une opération de diagnostic a été entreprise en janvier 2014. Les résultats de ce diagnostic ont mis en évidence une occupation rurale gallo-romaine, motivant la prescription d’une fouille préventive. Cette opération archéologique s’est déroulée du 03 septembre au 28 octobre 2014, sur une emprise de 2400 m².

Présentation du site
Le site est implanté en rive gauche de la plaine du Caramy, au pied du versant sud des collines dominant le cours d’eau et à la périphérie nord-ouest de l’agglomération de Brignoles. Constituant un axe de passage naturel emprunté par la voie aurélienne, la plaine du Caramy est un secteur particulièrement riche en vestiges antiques, comme en témoignent de nombreux sites disséminés en divers points de la commune.
Les vestiges mis au jour sont très arasés. Leur mauvaise conservation résulte d’une intense érosion et de la mise en culture de la parcelle au début de l’époque contemporaine, dont témoignent par ailleurs de nombreuses traces agraires recoupant les structures antiques.

Un établissement rural du Haut-Empire

Dans l’angle sud-est de l’emprise, la fouille a permis d’identifier les fondations d’un bâtiment rectangulaire orienté selon un axe nord-sud. Implanté en limite d’emprise, ce bâtiment n’a été que partiellement observé sur une longueur de 18 m et une largeur maximale de 16 m. Il semble appartenir à un vaste établissement rural, mis en place dans la seconde moitié du Ier siècle de notre ère. Dans le courant du IIe siècle, l’édifice fait l’objet d’une restructuration ; certains aménagements, notamment une batterie de cuves, sont intégrés dans la partie sud du bâtiment, témoignant alors de la fonction oléicole de l’établissement. Le bâtiment semble être abandonné dans la seconde moitié du IIe siècle.
Au nord de ce bâtiment, deux murs parallèles et partiellement spoliés ont été observés sur plus d’une quarantaine de mètres, traversant toute la largeur de l’emprise d’est en ouest. Ces derniers pourraient délimiter l’emplacement d’un vaste entrepôt, vraisemblablement en lien avec l’établissement agricole. Dans sa partie ouest, quelques fonds de dolia enterrés et plusieurs fosses de récupération marquent l’emplacement d’un espace de stockage.
Les lambeaux d’un espace de circulation, constitué d’un épandage de blocs calcaires et de fragments de dolia, ont été observés en limite sud de l’emprise de fouille, en bordure de l’actuel chemin de Brignolette. Il s’agit d’un aménagement contemporain de l’établissement voisin (Ier – IIe siècle). Aucun contact stratigraphique n’a toutefois pu être observé entre les deux ensembles, tous deux se développant en limite d’emprise.

Une réoccupation sporadique au cours de l’Antiquité tardive
Quelques fosses éparses, dont la fonction reste difficile à déterminer, attestent une fréquentation des lieux au cours d’une période qui s’étend du IVe siècle à la fin du Ve siècle ou au début du IVe siècle. Au sein même du bâtiment du Haut-Empire, une fosse a livré les vestiges d’un artisanat du plomb qui semble témoigner d’une réoccupation du site liée à la récupération des matériaux présents dans les ruines de l’établissement.

Conclusion
L’opération du chemin de la Tour a permis d’entrouvrir une nouvelle fenêtre sur la campagne du Centre Var à l’époque gallo-romaine. Bien que les vestiges mis au jour apparaissent lacunaires, particulièrement érodés et implantés en limite d’emprise, les structures et le mobilier permettent d’aborder l’évolution et la fonction d’un établissement rural probablement
tourné vers la production viticole.

J. Collombet

Vue de la partie sud de l’emprise depuis l’est ; au premier plan, le bâtiment du Haut-Empire

Commune: Brignoles
Adresse / lieu-dit: Chemin rural de la Tour
Canton / Département: Var (83)
Pays: France

Date de l’intervention:
du 03/09 au 28/10/2014

Période(s) concernée(s): Antiquité romaine

Surface: 2400 m²

Nature de l’intervention:
Opération d’archéologie préventive liée à la construction de logements

Responsable d’opération: J. Collombet
Suivi scientifique:
SRA PACA
Aménageur: Société Novalys

Carte