Chaponost, Les Viollières (Rhône, 69)

La fouille du secteur « Les Viollières », à Chaponost, a été consacrée à l’étude d’un segment enterré de l’aqueduc du Gier, la plus longue adduction d’eau alimentant la colonie de Lyon/Lugdunum. Une petite nécropole des IIIe/IVe siècles apr. J.-C., non détectée lors des évaluations, a été découverte sur le flanc sud de l’aqueduc.

Environ 40 m de l’aqueduc ont été étudiés. Le conduit en maçonnerie était intégralement conservé sur une longueur de 26 m. La construction forme un cadre incluant la voûte, les piédroits et la semelle. Appuyés sur la semelle de 0,35 m, les piédroits sont épais de 0,50 m et soutiennent une voûte de 0,40 m. L’extrados est protégé par une couverte de dallettes de pierres plates liées à l’argile. Intérieurement, le conduit présente une hauteur de 1,45 m et une largeur de 0,60 m. Le fond accuse une pente moyenne d’environ 3,3 %.

Un regard a été découvert à l’extrémité orientale du tronçon préservé. Il se présente sous la forme d’un caisson de maçonnerie de deux mètres de côté, légèrement plus large que le conduit. En son centre, il est percé d’un puits rectangulaire de 0,75 sur 0,60 m, dont les petits côtés sont soigneusement voûtés en claveaux. L’accès au conduit est facilité par des opes ménagées dans les parois. Ce regard devait supporter une superstructure en opus reticulatum, dont des fragments ont été retrouvés à l’intérieur du canal.

Un enjeu majeur de cette opération concernait la date de construction de ce monument, qui demeure encore indéterminée. Les tranchées de fondation de l’aqueduc étaient susceptibles de fournir des indices de premier ordre. Elles se sont révélées stériles. Aux abords, aucune trace du chantier (aire de gâchage, de taille, etc.) n’a été détectée. Lors du diagnostic, des espoirs avaient été fondés sur la présence de fosses au contact de la structure, considérées comme antérieures à celle-ci. La fouille extensive a démontré une chronologie relative inverse. Ces fosses doivent, en réalité, être rattachées à une nécropole installée au sud de l’aqueduc.

Dix tombes de cet ensemble funéraire ont été fouillées dans le temps imparti à la fouille. Le cimetière s’étend vraisemblablement au-delà de la zone d’étude. Les modes d’inhumation sont variés : en pleine terre pour la plupart, un cercueil en bois, un coffrage de tuiles et de dalles de terre cuite (dalles de suspensura), une amphore pour un enfant. Les squelettes étaient fortement dégradés par l’acidité du terrain granitique. Le mobilier indique une datation aux IIIe et IVe siècles apr. J.-C.

Si les attentes concernant la date de construction de l’aqueduc sont demeurées sans réponse, la découverte, inopinée, de cette nécropole est riche d’enseignement. Elle indique la présence proche d’une zone d’habitat, ce que corroborent quelques matériaux de construction disséminés sur le gisement.

L’installation des tombes au contact direct de l’aqueduc témoigne de la disparition des mesures de protection entourant la structure hydraulique. Par conséquent, elle signe la fin de son fonctionnement normal et, probablement, son abandon.

Aqueduc du Gier à Chaponost. Vue de la base du conduit avec son revêtement en mortier de tuileau. Largeur du conduit : 0,60 m.

Aqueduc du Gier à Chaponost. Vue de la base du conduit avec son revêtement en mortier de tuileau. Largeur du conduit : 0,60 m.

Commune: Chaponost
Adresse / lieu-dit: Les Viollières
Canton / Département: Rhône (69)
Pays: France

Date de l’intervention:
du 23-03-2006 au 05-05-2006

Période(s) concernée(s): Antiquité (Ier-IVe s. apr. J.-C.)

Nature de l’intervention: Opération d’archéologie préventive pour la construction de logements sociaux

Surface: 700 m²

Responsable d’opération: J. R. Le Nézet, F. Meylan

Suivi scientifique: R. Royet (DRrac-Sra Rhône-Alpes)

Aménageur: Ville de Chaponost

Carte