Dax, Rempart gallo-romain. Place de la Course (Landes, 40)

Etude du rempart antique de Dax

La première tranche d’un projet global de mise en valeur de l’enceinte de Dax, remontant à l’Antiquité Tardive, s’est portée sur la portion orientale de l’ouvrage, à l’angle de la Place de la Course et du cours Julia-Augusta.
Elle a consisté en la réfection de l’escalier monumental établi dans la seconde moitié du XIXe siècle pour permettre d’accéder depuis la chaussée à la « promenade des remparts », aménagée au sommet de la levée de terre adossée à l’enceinte. L’implantation du nouvel escalier, prévue en recul d’environ 10 m par rapport au précédent, impliquait le dégagement du parement intérieur de l’enceinte au droit d’une de ses tours d’origine.
Une analyse du parement interne de ces deux parties de la construction antique a été prescrite et un sondage effectué dans les remblais accumulés dans la tour. En outre, ces travaux d’aménagement procuraient l’opportunité de sonder sur la plus grande partie de sa hauteur, la levée de terre adossée à la courtine par la mise en œuvre d’une coupe stratigraphique entrecoupée par quatre paliers pour des raisons de sécurité.

La mise au jour de la face interne de l’enceinte a montré l’état d’abandon dont la maçonnerie avait durablement souffert avant d’être masquée par la levée de terre. Le parement s’était délité sur presque toute la moitié supérieure de l’élévation, ce qui semble également avoir été le cas côté extérieur, où les lacunes ont été colmatées au XIXe siècle.
Les parties conservées de ces parements montrent combien le traitement de la face externe a été privilégié : composé d’un opus mixtum régulier souligné de joints tirés au fer, il témoigne d’une attention esthétique qui tranche avec le traitement de la face interne, simplement montée en moellons à peine dégrossis dont un jointoiement beurré dissimule en partie les irrégularités. Il faut souligner qu’aucune trace d’aménagement attestant l’édification de constructions adossées à l’enceinte n’a été repérée, que ce soit dans les vestiges des maçonneries ou dans la stratigraphie de la levée de terre contiguë.

La tour no 8 a la particularité, commune avec toutes les autres tours connues de l’enceinte de Dax, d’être de plan semi-circulaire hors œuvre et circulaire en œuvre, grâce à l’intégration d’une partie de son emprise dans l’épaisseur de la courtine.
L’accès depuis l’intérieur du castrum était assuré par un passage de 1,50 m de large, probablement couvert d’un arc en plein cintre comparable à celui que présente encore la porte de la tour nord de la place des Salines, récemment mise au jour. Le sondage a permis de retrouver le niveau de sol d’origine, situé à environ quatre mètres au-dessus de la base de l’enceinte, identifiée avec certitude du côté extérieur par le ressaut de fondation déchaussé, et environ trois mètres au-dessus du seuil de la poterne visible sur le parement extérieur au nord de la tour no 7.

Au contraire de la courtine, qui ne semble pas avoir subi de retouche importante avant le XIXe siècle, la tour a connu plusieurs phases de remaniements. Son parement interne a été systématiquement arraché sur toute la hauteur conservée de son élévation, la paroi ayant été ensuite régularisée par un enduit de terre. Après une phase d’abandon, les murs, en partie effondrés, ont été remontés en appareil irrégulier.
Dans le même temps, un encadrement à feuillure pour le logement d’un battant de porte a été mis en place à l’angle externe des tableaux du passage d’origine, qui avaient déjà été altérés par une reprise, impossible à dater.

L’examen stratigraphique de la levée de terre adossée à l’enceinte a permis d’isoler quatre phases distinctes. Seules les deux plus anciennes peuvent être attribuées sans conteste à l’établissement du rempart de terre, sans qu’il soit possible de déterminer si un véritable hiatus les sépare ou si elles traduisent seulement les étapes techniques nécessaires à l’élaboration d’un tel ouvrage. Sa base n’ayant pu être atteinte, sa hauteur peut seulement être évaluée à au moins 4,30 m. Le mobilier recueilli ne permet pas de préciser plus avant la datation de la mise en œuvre de ce renforcement de la fortification que les textes engagent à situer au XVIe siècle.

A. Marin

Dax, Place de la Course. Rempart, appareil du parement extérieur.

Commune: Dax
Adresse / lieu-dit: Place de la Course
Canton / Département: Landes (40)
Pays: France

Date de l’intervention:
du 23-11-2009 au 22-01-2010

Période(s) concernée(s): Antiquité, Bas Empire, Époque moderne

Nature de l’intervention: Opération d’archéologie préventive 

Responsable d’opération: A. Marin

Suivi scientifique: D. Barraud (Drac-Sra Aquitaine)

Aménageur: Ville de Dax

Carte