Digoin, « pont Canal », 9 rue des Perruts

Une occupation rurale antique à Digoin

Une opération de fouille archéologique préventive a été menée au 9 rue des Perruts à Digoin (Saône-et-Loire, Bourgogne), dans l’emprise d’un futur lotissement de maisons individuelles.
La parcelle est localisée au sud-est du centre ancien de la ville, sur une terrasse surplombant la Loire d’une dizaine de mètres.
La réalisation d’un diagnostic archéologique (Inrap) avait mis en évidence les vestiges d’un « petit établissement agricole », dans un contexte « rural ou péri-urbain à vocation agraire », qui a entraîné la prescription d’une fouille archéologique, réalisée par la société Archeodunum entre décembre 2009 et février 2010.
Cette opération a révélé les vestiges d’une occupation gallo-romaine datée du IIe siècle, implantée sur une ancienne terrasse de la Loire. Elle est matérialisée au sol par de nombreuses structures en creux, renvoyant pour la plupart à des fosses et trous de poteaux, ainsi que deux fossés de parcellaire.
On observe toutefois une série de structures plus complexes : caves, celliers, silos, puits, bâtiment en terre et bois sur poteaux porteurs. On signalera l’absence de maçonnerie dans la mise en oeuvre des matériaux de construction, exception faite d’un puits en pierre.
La découverte de nombreux éléments de construction (tegulae, quarts de colonne, éléments de terrazzo) permet toutefois d’envisager la présence de constructions maçonnées àproximité (villa ?).
Si la nature des vestiges nous échappe en grande partie, leur datation peut compter sur un abondant mobilier archéologique, montrant, qui plus est, une très belle diversité (céramique, objets de la vie quotidienne, numéraire?). Pris de manière globale, il montre une grande homogénéité typologique et chronologique, témoignant en faveur d’une occupation de courte durée, centrée sur le IIe siècle de notre ère.

L’interprétation proposée pour ces vestiges va dans le sens d’un établissement agricole ou rural, peut-être situé aux franges d’une éventuelle agglomération antique, que la présente opération n’a pu localiser, dans un secteur il est vrai situé à environ 500 m au sud-est de l’actuel centre ancien de Digoin.
Son développement peut, selon toute vraisemblance, être mis en relation avec sa position privilégiée le long d’axes fluviaux et terrestres de premier plan, et avec le transit des marchandises le long de la vallée de la Loire. Pour finir, on mentionnera la découverte, au nord de la parcelle de fouille, d’un champ de vigne reconnu sur une dizaine de rangs.
Son interprétation repose sur la découverte de fosses de provignage et l’identification de négatifs de racines dans les creusements. Sa chronologie repose sur peu d’indices, qui semblent toutefois exclure une datation antique, malgré une répartition troublante des vestiges archéologiques. Plusieurs arguments convaincants (recherche archivistique, étude géomorphologique, mobilier céramique et métallique) plaident en effet pour une datation moderne, qu’il restera à confirmer de manière définitive.

G. Maza

Commune: Digoin
Adresse / lieu-dit: « Pont Canal », 9 rue des Perruts
Canton / Département: Saône-et-Loire (71)
Pays: France

Date de l’intervention:
du 23-11- 2009 au 02-02-2010

Période(s) concernée(s): Antiquité, moderne

Nature de l’intervention: Fouille d’archéologie préventive en préalable à la construction de lotissement

Surface: 2100 m2

Responsable d’opération: G. Maza

Aménageur: Alberto Ferreira, SCI  » Le Pont Canal « 

Carte