Lausanne-Vidy, Comité International Olympique (Vaud)

Cette fouille a été réalisée à l’occasion de l’extension du siège du CIO. Dans le tiers nord-est du chantier, ont été dégagés des aménagements des rives romaines, constitués d’enrochements, dans la prolongation de ceux relevés au sud-est en 1990.

Un bâtiment, sans doute lié aux activités portuaires, a également été mis au jour. Face à cet édifice, les aménagements de berges s’avancent en plan incliné dans le lac pour permettre, selon toute vraisemblance, l’accostage des barques de transport à fond plat, tout en assurant la protection du bâtiment face aux vagues.

Ces agencements ont été élargis et aménagés en plate-forme dans une seconde étape, comme nous le laissent supposer certains détails de construction dans l’empierrement et la datation des pieux qui lui sont associés. Deux alignements de pieux parallèles, sur les trois relevés sous l’enrochement bordant l’édifice, ont été datés. Celui qui est au centre de la structure est postérieur à 45 apr. J.-C., alors que celui qui se trouve en limite sud-ouest de l’enrochement est daté de l’automne-hiver 159/160 apr. J.-C. Cette différence de datation correspond probablement aux deux étapes de construction des enrochements mentionnées ci-dessus. Un abondant matériel céramique a été récolté dans les sables lacustres alluvionnaires face aux installations romaines, ainsi que dans les enrochements. Il est possible que ce lieu ait servi de décharge à un moment donné. De nombreuses estampilles ont été répertoriées, ainsi qu’un raté de cuisson que l’on peut mettre en relation avec les ateliers de potiers tout proches.

Un cimetière, encore signalé sur un plan du XVIIe siècle, se développe sur toute la partie nord-ouest de la parcelle fouillée. Les 111 sépultures découvertes correspondent à une portion d’une aire funéraire qui devait être en relation avec l’église de Vidy, mentionnée pour la première fois au début du XIIIe siècle, mais vraisemblablement plus ancienne. Faute d’objets régulièrement déposés dans les tombes, leur datation est assez difficile à préciser. Les plus anciennes pourraient remonter à la fin de l’époque romaine, comme en témoignent deux monnaies de la fin du IVe siècle. Les sépultures plus récentes doivent correspondre au cimetière médiéval et moderne. La superposition des tombes, leurs orientations variables et des modifications des pratiques funéraires laissent entrevoir plusieurs phases d’inhumations successives, que la suite de l’étude permettra sans doute de clarifier. Ces sépultures témoignent du maintien d’une petite communauté sur les rives du lac après le déplacement de l’agglomération principale sur la colline de la Cité, à partir du IVe siècle.

À la Réforme, en 1536, l’église fut désaffectée et vendue avec ses dépendances à des particuliers. Ses derniers vestiges semblent avoir disparu au début du XVIIe siècle. Des bâtiments antérieurs au château actuel, construit en 1771, ne subsistent que quelques maçonneries et des pavages de cour. Les anciens aménagements extérieurs du château, soit un réseau de canalisations et des murs de terrasse, ont été également relevés.

Fig. 2. Aménagements de rives et bâtiment romains, vue SE.

Fig. 2. Aménagements de rives et bâtiment romains, vue SE.

Commune: Lausanne-Vidy
Adresse / lieu-dit: Comité International Olympique
Canton / Département: Vaud
Pays: Suisse

Date de l’intervention:
du 03/2006 au 08/2006

Période(s) concernée(s): Antiquité, Moyen Âge

Nature de l’intervention: Opération d’archéologie préventive sur le tracé de l’autoroute A5

Surface: 970 m²

Responsable d’opération: Ch. Henny, L. Steiner

Suivi scientifique: D. Weidmann (SIPAL, archéologue cantonal)

Aménageur: Comité International Olympique

Carte