Marmande, Sables de Maussacre (Lot-et-Garonne, 47)

Deux établissements de la fin du second âge du Fer sur le contournement nord de Marmande

La seconde phase de diagnostics archéologiques préalables à la construction du contournement nord de la commune de Marmande (Moreau et Gé 2008) a révélé, en particulier, une occupation datée de La Tène finale et du début de l’époque romaine au lieu-dit Sables de Maussacre (2 fossés perpendiculaires, trous de poteaux, four) et une occupation gallo-romaine (fossés, fosses, trous de poteaux) au lieu-dit Picard Nord. Deux opérations de fouille préventive ont donc été prescrites, puis exécutées entre juillet et septembre 2008, sous la maîtrise d’ouvrage du Service des routes et de la navigation du Conseil général du Lot-et-Garonne. La première, concernant l’occupation gallo-romaine, a été effectuée par Zénaïde Lecat pour la société Hadès. La seconde, sur le site gaulois, a été réalisée par l’entreprise Archeodunum. Elle est l’objet de la présente notice.

Une soixantaine de structures ont été mises au jour, se répartissant en fossés, fosses, trous de poteaux, four et chemin d’exploitation. Ce dernier, ainsi qu’une série de cinq fossés parallèles et un alignement de culées de vignes renseignent l’occupation agricole du siècle passé et illustrent la divagation des limites parcellaires au cours du temps. Le reste des structures est à rattacher à l’occupation gauloise et gallo-romaine précoce du site. Il s’agit vraisemblablement d’un enclos matérialisé par deux imposants fossés quasiment perpendiculaires. Chacun mesure environ 4 mètres de large à l’ouverture et a plus de 2 mètres de profondeur conservée. Leurs comblements présentent une première phase issue de la rapide érosion des parois du creusement, suivie d’une phase d’occupation marquée par un sédiment plus argileux renfermant du matériel archéologique. Un recreusement a parfois pu être observé avant le comblement terminal de la structure. Si la présence d’un talus interne, formé par les terres extraites, est fortement probable, l’analyse de la stratigraphie ne le montre pas clairement.

Les autres structures archéologiques se rencontrent toutes à l’intérieur de l’espace délimité par ces fossés. Deux groupes de trous de poteaux dessinent le plan de deux bâtiments. Le plus net est formé d’un ensemble de quatre poteaux formant un quadrilatère de 20 m² environ auquel on peut ajouter deux poteaux placés au centre d’un des petits côtés. Une telle configuration peut être interprétée comme les traces d’un grenier ou d’une plate-forme surélevée, mais aussi comme celles d’un édifice plus imposant ou plus élevé. Récemment, P. Maguer a proposé des restitutions de bâtiments à parois « rejetées » dont le plan au sol s’apparente grandement à celui mis au jour à Marmande. Cette hypothèse été reprise pour un bâtiment du site des Gaudines à Mer (Loir-et-Cher). Le second ensemble ne dessine pas un plan aussi clair, mais un alignement de poteaux doubles au centre de la concentration permet de supposer la présence d’un bâtiment à deux nefs d’une surface minimale de 40 m². L’orientation de ces deux bâtiments est sensiblement parallèle à l’axe du fossé est, localisé à seulement 9 mètres de distance. Les autres structures en creux ne semblent pas revêtir d’organisation particulière ou interprétable.

Un four avait été repéré et sondé lors du diagnostic. Il est localisé à proximité du fossé nord. Le sol de la chambre de chauffe a été aménagé en fragments de tuiles plates soigneusement agencés. Cet état se superpose à un précédent, matérialisé par un sédiment rubéfié sur 1 à 5 cm d’épaisseur, qui pourrait correspondre à un premier four ou foyer.

Le mobilier retrouvé dans le comblement des structures, principalement des fossés, est relativement abondant : 3244 fragments de vaisselle céramique et 580 fragments d’amphore. Il permet de proposer une fourchette d’occupation débutant dans la première moitié du IIe s. av. J.-C. et se terminant dans la seconde moitié du Ier s. av. J.-C. Il est à noter également la présence d’un peu de mobilier métallique, de matériel de mouture et d’un fragment de bracelet en verre.

Les travaux d’aménagement de la rocade nord de Marmande ont donc permis de mettre au jour deux établissements ruraux de la fin de l’âge du Fer. Ce type d’établissement, bien connu dans la plupart des régions françaises, était, jusqu’alors, très mal documenté en Aquitaine. Si la vision partielle, due à l’implantation linéaire du projet d’aménagement, ne permet pas encore de disposer d’un plan complet, il est probable que de tels sites puissent être mis au jour, à l’avenir, dans le cadre de projets entraînant un impact sur de grandes surfaces, comme les ZAC, par exemple.

Bertrand BEHAGUE

Commune: Marmande
Adresse / lieu-dit: Sables de Maussacre
Département / Canton : Lot-et-Garonne (47)
Pays: France

Date de l’intervention:
du 21/07/2008 au 12/09/2008

Période(s) concernée(s): Age du Fer

Raison de l’intervention:
Aménagement routier

Responsable d’opération: Bertrand BEHAGUE
Suivi scientifique:
SRA Nouvelle-Aquitaine
Aménageur: Conseil Général du Lot-et-Garonne

Rapport en ligne

Carte