Montbrison, Place Eugène Beaume, Médiathèque – Couvent des Cordeliers (Loire, 42)

Etude d’un couvent et de ses abords à Montbrison

Le couvent des Cordeliers était l’un des principaux ensembles religieux Montbrisonnais au Moyen Âge. Fondé au début du XIIIe siècle, il participa pleinement à la vie de la cité, partageant son essor, ses crises et son déclin. Les deux tiers de son église et une très grande partie de la galerie sud du cloître qui lui était attenante ont été étudiés à l’occasion d’une fouille archéologique préventive.

L’église primitive, érigée dans le dernier quart du XIIIe siècle, était orientée est-ouest et mesurait près de 46 m de longueur pour une largeur de 16 m hors œuvre. Elle était épaulée sur son côté méridional par une série de contreforts. Le mur nord, qui servait d’appui au cloître, était plus épais. Des piliers, séparant une série d’enfeus aménagés dans la maçonnerie, jouaient le rôle d’éléments raidisseurs. L’espace ecclésial était divisé en deux parties égales, séparées par une clôture de chœur. Cette dernière devait servir d’appui à deux autels latéraux, et pouvait être dotée d’une porte en son centre. Deux portes, aménagées dans le mur mitoyen séparant l’église du cloître et de part et d’autre de cette clôture, permettaient l’accès à la galerie sud du cloître. La porte donnant sur le chœur devait être réservée aux Frères, alors que l’autre devait permettre aux laïcs d’accéder au cloître. Entre le XIVe et le XVIIe siècle, une série de chapelles latérales est construite d’est en ouest le long du mur méridional. Toutes les chapelles étaient dotées d’un autel, et la plus orientale a livré un intéressant ensemble pictural (Christ en majesté accompagné d’un ange portant un phylactère). Les vestiges d’un bâtiment construit devant la façade occidentale pourraient correspondre à ceux de la chapelle dite Porta Coeli, construite au XVe siècle. La nef fut rehaussée dans le courant du XVIIe siècle avec l’aménagement de nouvelles fenêtres et d’une nouvelle toiture.

La galerie sud du cloître, d’une largeur interne de 3 m, était couverte d’une simple charpente. Le mur bahut et son arcature étaient soutenus par un massif situé au centre de la galerie, et un contrefort en biais venait contrebuter un arc tendu dans l’axe d’intersection des galeries sud et ouest. Si le cloître a été construit en 1282, de nombreux éléments (éléments d’arcature et enduits peints) indique qu’il fut largement modifié au XVe siècle.

Les différents espaces fouillés accordaient une large place aux sépultures en fosses (cercueil et/ou linceul), dont l’organisation était raisonnée (alignements est-ouest réguliers). Des sépultures privilégiées émaillaient l’espace funéraire ecclésial (nef, chœur et chapelles). La galerie sud du cloître était rythmée par une série d’enfeus au fond desquels étaient aménagés des caveaux monumentaux. Le droit de sépulture étant l’une des principales ressources des Ordres Mendiants, la gestion des espaces dévolus aux défunts, des plus modestes au plus aisés, était particulièrement efficace.

À partir de la fin du XVIIIe siècle se succédèrent une grande série de transformations : destruction du cloître, du chœur et des chapelles, nombreux percements et aménagements liés aux diverses fonctions des bâtiments (grenette, théâtre, salle des fêtes et caserne de pompiers).

D. Jouneau

montbrison-cordeliers01
Commune:
 Montbrison
Adresse / lieu-dit: couvent des cordeliers/Médiathèque
Canton / Département: Loire (42)
Pays: France

Date de l’intervention:
du 02-05-2012 au 27-07-2012

Période(s) concernée(s): Moyen Âge, Moderne

Surface: 650 m²

Responsable d’opération: D. Jouneau

Suivi scientifique: F. Delrieu (Drac-Sra Rhône-Alpes)

Aménageur: Loire-Forez Agglomération

Carte