Nyon, Forum (Vaud)

Etude du forum de Nyon

Repéré pendant la Seconde Guerre mondiale lors de fouilles de prospection, le forum et ses abords ont fait l’objet de nombreuses recherches durant ces dernières années, avec notamment la découverte en 1974 de la basilique et les travaux de réfection des rues qui, entre 1988 et 1997, ont affecté d’importantes portions du centre du monument.
Le forum comprend une aire sacrée, une place publique et une basilique, dans laquelle se traitent les affaires politiques, administratives et commerciales. Accolés à ce complexe, la curie, le marché alimentaire (macellum) et les bains sont les autres édifices qu’il convient d’ériger afin de concentrer au cœur de la ville les principaux bâtiments publics et de respecter les schémas urbains en vigueur.

UN PREMIER FORUM MÉCONNU
Un premier forum fut vraisemblablement construit dans les dernières années avant notre ère. De cet état primitif, seules nous sont connues la basilique ainsi que quelques boutiques et bases de colonne bordant la place publique. Une aire sacrée existait-elle déjà ? Rien n’est moins sûr, mais il semble toutefois qu’un espace lui étant destiné fut réservé très tôt par les urbanistes antiques.
La première basilique est plus petite que celle qui lui succédera : environ 58 x 13 m.
Divisée en deux nefs par une rangée de piliers axiaux, elle a été construite sur une galerie semi-enterrée (cryptoportique) clairement identifiée grâce aux coupes de terrain. Il est d’ailleurs probable que seul le cryptoportique était divisé en deux nefs, les piliers servant à soutenir le plancher d’une vaste salle à nef unique. Un mur maçonné d’environ 0,60 m d’épaisseur semble former une véritable enceinte autour de la basilique. Provisoirement, nous l’attribuons volontiers à un dispositif de soutènement d’une esplanade entourant la basilique et destiné à régulariser la pente du terrain qui descend vers l’est.

LE SECOND FORUM
Dès le règne de l’empereur Tibère (14-37 apr. J.-C.), un important programme édilitaire modifie la trame urbaine et bouleverse le centre monumental de la colonie. Le forum est agrandi par la création, en face de la basilique, d’une grande area sacra. C’est dans ce contexte, sous les derniers Julio-Claudiens (entre 50 et 70 apr. J.-C.), qu’est construite une seconde basilique en lieu et place du premier bâtiment, entièrement détruit. À cette occasion, la place publique qui s’étend entre la basilique et l’area sacra est également agrandie et restructurée, tandis qu’est construit un marché couvert (macellum) et que les bains publics sont rénovés.

L’AIRE SACRÉE
Cette aire quadrangulaire d’environ 36 m sur 36 m est entourée sur trois côtés d’un cryptoportique, galerie semi-enterrée, surmonté d’un portique ouvert sur la place au centre de laquelle devait se trouver un temple. Sur toute la hauteur de la galerie, les murs ceignant le cryptoportique sont doubles, ménageant un vide sanitaire de 0,45 m de large destiné à empêcher les infiltrations d’eau. Des piliers en pierre de taille, disposés axialement à la galerie, sont destinés à soutenir une poutre ou une plate-bande sur laquelle reposait le solivage du plancher du portique supérieur. Des petits socles de molasse, alignés le long des murs, recevaient probablement des montants de bois ou de pierre contribuant vraisemblablement aussi au soutien du plafond. Il faut ajouter à ces éléments la présence de trois exèdres, dont deux sont situées aux extrémités de la galerie ouest. La troisième, plus profonde, est disposée dans l’axe du monument. Quant au sol du cryptoportique, il était de terre battue tandis que les parois étaient revêtues d’un enduit blanc crème sans décor. Nul doute que l’éclairage du couloir devait être assuré par des soupiraux ouvrant sur la cour, mais les vestiges, trop arasés, n’en ont révélé aucune trace.
Le portique d’étage, totalement démantelé, peut être reconstitué à l’aide des nombreux blocs d’architecture retrouvés au fond de la galerie. Les ailes sud et nord du cryptoportique se terminent en cul-de-sac, au droit de la voie longeant l’area sacra. Les accès ne se situent donc pas dans l’axe des galeries, mais sont logés dans deux cages d’escalier extérieures, disposées de part et d’autre des extrémités du cryptoportique.
Un mur, large de 1,30 m, sépare la place publique de celle du temple. Une interprétation, effectuée pour la réalisation de la maquette du forum, restitue ce mur sur une hauteur identique à celle des portiques latéraux. Cette véritable façade serait ornée de colonnes engagées et percée uniquement de trois ouvertures donnant accès, par quelques marches, à l’aire religieuse. Ainsi, depuis la place publique, le visiteur n’avait aucune vision directe du temple qui était enfermé dans une véritable enceinte qu’exigeait son caractère sacré.

UNE NOUVELLE BASILIQUE
Vaste édifice d’environ 62 x 26,50 m, la seconde basilique est composée d’une nef centrale à absides entourée d’un large déambulatoire. Deux annexes, au nord et au sud, portent la longueur totale du monument à 90 m. Au pied du mur, du côté de la place publique, se trouvaient des blocs de molasse, disposés sur un radier maçonné. Il s’agit sans doute là d’un emmarchement qui, par plusieurs portes, conduit à l’intérieur du bâtiment. Aux quatre coins de l’édifice, des escaliers permettent d’accéder à la galerie supérieure. La basilique est flanquée de deux constructions secondaires. L’annexe nord forme un espace rectangulaire de 13 x 22,50 m agrémenté d’une abside. Celle du sud est divisée en trois parties inégales : un espace central quadrangulaire de 12 x 12,5 m flanqué de deux pièces allongées respectivement d’environ 12 x 4,5 m et 12 x 3,5 m ; une abside à l’extrémité méridionale du bâtiment complète cet aménagement.
Une interprétation de ce dispositif particulier peut être proposée à la lumière d’exemples connus dans le monde romain. En effet, à proximité de la basilique, on trouve fréquemment un bâtiment essentiel au bon déroulement de la vie municipale : la curie, autrement dit la salle du conseil municipal. De chaque côté d’un couloir central étaient disposés de larges gradins où pouvaient prendre place, sur des bancs (subsellia) ou des sièges (sellae), la centaine de décurions qui composaient le sénat local. L’estrade (tribunal, scaenarium), depuis laquelle l’orateur s’adressait aux magistrats, se trouvait sans doute devant l’abside. Il convient de voir dans les deux pièces attenantes à la curie des salles annexes telles que trésor public (aerarium), archives (tabularium), prison (carcer)…

LA PLACE PUBLIQUE
La place publique est bordée de deux portiques, l’un au nord et l’autre au sud. Chacun est constitué de deux murs d’environ 1,50 m d’épaisseur et mesure près de 6 m de largeur. La présence d’un mur de fondation et non de bases de colonnes permet d’envisager l’existence d’arcades et non pas d’une colonnade. Dans la branche septentrionale a été découverte la mosaïque dite « d’Artémis »  qui, réalisée entre la fin du IIe et le début du IIIe siècle, ornait probablement l’antichambre d’un bâtiment contigu à la place.
À l’arrière du portique sud se trouve une pièce rectangulaire (6,20 x 4 m) munie d’une porte, dont les blocs de molasse formant la base des montants étaient encore pris dans la maçonnerie. Peut-être avons-nous là l’indice d’une rangée de boutiques longeant le forum et ouvertes sur l’extérieur, comme à Augst (Suisse) et à Trêves (Allemagne) par exemple ; ou bien s’agit-il d’une des portes d’entrée de la place ?

F. Rossi et P. Hauser

Reconstitution du forum

Reconstitution du forum

Commune: Nyon
Adresse / lieu-dit: Forum
Canton / Département: Vaud
Pays: Suisse

Période(s) concernée(s): Antiquité

Nature de l’intervention: Opération d’archéologie préventive 

Responsable d’opération: F. Rossi, P. Hauser

Suivi scientifique: D. Weidmann (SIPAL, archéologue cantonal)

Carte