Saint-Gervais-les-Bains, Clocher Saint-Gervais-et-Saint-Protais (Haute-Savoie, 74)

Intervention sur le clocher de Saint-Gervais

Le chantier de restauration de l’église Saint Gervais à Saint-Gervais-les-Bains (Haute-Savoie) a donné lieu à une étude archéologique du bâti du clocher Saint-Gervais-et-Saint-Protais. L’église et le clocher sont respectivement inscrits et classés au titre des Monuments historiques depuis 1987.
Les premières mentions de la paroisse Saint-Gervais remontent au XIIIe siècle et l’église devient une possession effective de la collégiale de Sallanches (Haute-Savoie) en 1576. L’actuelle église Saint Gervais est une construction homogène de la fin du xviie siècle dans le style baroque savoyard, consacrée en 1702, à laquelle sont ajoutés, au début du xixe siècle, un maître autel et des décors néoclassiques. En l’absence d’étude archéologique de ce corpus, aucun élément antérieur à l’édifice du xviie siècle n’a pu être identifié dans le bâti.
Le clocher Saint-Gervais-et-Saint-Protais dessine une excroissance dans l’angle formé entre le chevet et le collatéral nord. Il présente une orientation nord-ouest / sud-est désaxée par rapport à l’église d’orientation est-ouest. Il s’agit d’une construction de presque 40 m de haut (20,5 m hors couverture) sur cinq étages, couverte d’un clocher bulbe. L’historiographie locale interprétait jusque-là les niveaux inférieurs du clocher comme participant d’un ancien édifice castral, probablement suite à une confusion avec l’église Sainte-Trinité (1759) des Contamines-Montjoie, commune voisine, dont le clocher réutilise une partie du bâti de l’ancien château de Montjoie.

L’étude archéologique a mis en évidence l’homogénéité de la construction du clocher depuis le rez-de-Chaussée jusqu’au quatrième étage. Il s’agit d’un édifice de plan carré, dont les murs s’amincissent à chaque étage pour ménager le ressaut d’ancrage des planchers. Plusieurs solives conservées semblent participer du même chantier de construction que le bâti. La construction est rythmée sur ses parements extérieurs par un ressaut et deux corniches. Les blocs des chaînages d’angle sont systématiquement doublés dans les parements, ajoutant à l’aspect massif de la construction.
Le rez-de-chaussée, vouté en berceau, est percé de deux portes en arc brisé présentant chanfrein et congé, dont l’une donne aujourd’hui dans un espace ménagé contre le chevet de l’église. Les premier, second et troisième étages sont chacun percés d’une petite baie plein-cintre chanfreinée. Le premier étage comprend en outre une porte donnant sur l’extérieur, seul accès initial aux niveaux intérieurs du clocher. Cette porte est démontée puis réinsérée au xixe siècle pour permettre le passage des cloches. Le quatrième étage se caractérise par une baie unique qui accueille l’horloge sur son mur faisant face au bourg, les trois autres murs accueillant des doubles baies. Elles présentent toutes une mouluration à deux tores séparés d’une gorge. La maçonnerie est intégralement reprise au-dessus de ces baies avec réinsertion d’éléments anciens (corniche). Le dernier étage, qui abrite le beffroi, est percé en symétrie de quatre baies plein cintre dont le claveau central forme ressaut.
Plusieurs éléments, dont les deux portes du Rez-de-Chaussée et la présence d’un larmier dans le parement du mur sud-ouest permettent de penser que le clocher était accolé, au sud-est, à une église antérieure à l’église actuelle. Il n’a toutefois pas été possible d’observer les chaînages d’angle Sud et Est, noyés dans les maçonneries du xviie siècle aux premiers niveaux du clocher.
Sur la seule base des éléments stylistiques et architecturaux, cette construction peut-être datée au plus tôt du xive siècle. La datation du cinquième étage et de la couverture est mieux connue : partiellement détruits par la foudre en 1792, la partie supérieure et son beffroi sont reconstruits en 1819 et la couverture connait au moins deux réfections aux XIXe et XXe siècles. L’église est attestée plusieurs siècles avant la construction la plus précoce envisageable pour ce clocher. Il n’est guère possible de définir en l’état actuel des recherches s’il s’agit d’une construction adossée à une église antérieure ou si le corpus entier est reconstruit à la fin du Moyen Âge.

Quentin Rochet

Relevé du quatrième étage du clocher

Commune: Saint-Gervais-les-Bains
Adresse / lieu-dit: Clocher Saint-Gervais-et-Saint-Protais
Canton / Département: Haute-Savoie (74)
Pays: France

Date de l’intervention:
du 08/08/2016 au 19/08/2016

Période(s) concernée(s): Moyen-Age ; Epoque moderne

Nature de l’intervention:
Opération d’archéologie préventive liée à la restauration du clocher

Responsable d’opération: Q. Rochet
Suivi scientifique:
SRA Auvergne-Rhône-Alpes
Aménageur: Ville de Saint-Gervais-les-Bains

Carte