Prestation géophysique

Télécharger la plaquette

La géophysique

La géophysique est un ensemble de méthodes non destructrices permettant une lecture du sous-sol. Ces méthodes sont complémentaires des approches classiques de l’archéologie. L’usage de la géophysique se révèle très pertinent sur les sites déjà reconnus ou connus. Elle enrichit les données archéologiques, notamment pour la reconnaissance de plan, l’analyse du contexte environnemental, la stratégie de fouille, la protection durable des sites connus.

Pourquoi :
  • Guider la stratégie de fouille, orienter celle-ci vers les éléments pertinents et compléter les résultats.
    Elle s’inscrit dans la gestion raisonnée, technique et scientifique d’un chantier.
  • Compléter le contexte géomorphologique du site (reconnaissance planimétrique des paléochenaux, extension hors fouille des anomalies topographiques).
  • Compléter le plan masse et étendre la vision du site au-delà de la zone fouillée.
  • Détecter l’invisible, telles des zones de piétinements à fort oxyde de fer, des zones d’ateliers artisanaux forges et ateliers de potiers.
  • Aider à la détection de sites nouveaux.
Domaines d’application :
  • Fouilles préventives, fouilles programmées, aménagement du territoire, études d’impact,
    monuments historiques et patrimoniaux…
Nos prestations
  • Choix des prestataires techniques suivant les contraintes budgétaires, la zone géographique, les pertinences techniques.
  • Orientation des modes de détections.
  • Analyse des images par rapport au contexte archéologique.

PROTOCOLE D’ÉTUDE

L’usage de ces méthodes, pour être pertinentes, demande un dialogue entre l’archéologue, le géophysicien et le géomorphologue. Ensemble ils mettent en place d’un véritable protocole scientifique adapté à l’étude. Chaque méthode, suivant la pertinence des données, peut-être complémentaire des autres :

  • La prospection électrique est basée sur les variations de résistance électrique des matériaux dans le sol. Elle détecte des anomalies positives comme des bâtis en pierre, briques cuites dans des encaissants fins (limon) et des anomalies négatives comme des fosses ou des fossés humides, dans des encaissants grossiers (graves, calcaire).
  • La prospection magnétique détecte les micro-variations du champ magnétique terrestre. Elle repère les structures archéologiques comme les foyers, fours, métaux, argile cuite, remblais rubéfiés.
  • La prospection électro-magnétique permet de mesurer la susceptibilité magnétique et/ou la conductivité électrique du terrain. Elle détecte les fondations de bâti et les structures en creux (fosses, silos, poteaux – dans des cas de contrastes très forts -), les entités géomorphologiques…
  • Le géoradar est basé sur l’analyse de la propagation de la diffraction et de la réflexion des ondes électromagnétiques à haute fréquence. Il détecte les variations stratigraphiques et les éléments du sous-sol contrastant avec l’encaissant (murs, cavités…). Il est recommandé pour découvrir des cavités plus ou moins profondes, les caves dans un édifice par exemple.
  • La prospection aéroportée réalise des mesures multispectrales ou thermiques pour déterminer les zones humides ou géologiquement contrastée, ce qui permet la recherche des concentrations d’anomalies.
Nos références
  • Détection électromagnétique sur la déviation de Marmande (Lot-et-Garonne) (47)
  • Étude de l’oppidum de Bègues (03) (Allier)
  • Étude de l’oppidum de Gondole (63) (Puy-de-Dôme)
Nos clients
    • Conseil général du Lot-et-Garonne